Les danses en couple
Les danses en ligne
Les claquettes (tap dance)
Danse traditionnelle
La danse classique
Le hip-hop
Danse moderne
Autres formes de danse
Articles généraux

Pas de base en couple
Pas des danses en ligne
Variations
Bases des claquettes
Échauffement et étirements

Rythmes de base MIDI
Suggestions de musiques
Suggestions de CDs
Radio et webradio
Logiciels

Photos
Peintures
Cliparts et illustrations
Images Gif animées
Fonds d'écran
Écrans de veille
Polices de caractères

Livres
Vidéo et DVD
Presse et magazines
Chaussures, etc.

BLOG UltraDanse
ACTUALITÉS et médias
FORUMS de discussion
Page Facebook
Apprendre en école ou asso
Soirées et stages
Recherches de partenaires
Petites annonces
Sélection de sites

Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or

Présentation de la danse à claquettes

Dans le domaine des danses en couple, il est une discipline qui est souvent associée aux traditionnels foxtrot, lindy hop ou autres danses pratiquées sur du jazz. Il s'agit de ce que beaucoup appellent "les claquettes" et que d'autres préfèrent voir appeler "la danse à claquettes", traduction directe de son nom en anglais "tap dance". Car "faire des claquettes", ce n'est pas simplement faire de petits sons avec ses pieds, c'est plutôt mêler danse et percussions.

 

Origines

 

La danse à claquettes est issue de plusieurs pratiques allant du "clogging" anglais (sorte de gigue dansée en sabots) aux danses et rythmes africains en passant par la danse traditionnelle irlandaise. Que ce soit du côté des origines européennes ou de celui des origines africaines, on retrouve un point commun dans le fait que les gens accompagnaient leur travail du son de leurs pieds frappés au sol. Bien sûr, entre ces cultures, les rythmes sont différents et les traditions aussi. C'est cela qui a initié la diversité des pas que nous connaissons aujourd'hui. La rencontre s'est opérée à la fin du XIXe siècle et au début des années 1900 aux États-Unis avec, d'un côté, les ouvriers émigrants venant d'Angleterre et d'Irlande et, de l'autre côté, les esclaves africains.

Les mouvements qui scandaient le travail passèrent de la vie à la scène par le biais des "Minstrel Shows". Les Blancs grimés en Noirs faisaient le spectacle en imitant ces derniers. Jusque dans les années 1920, les frappes sont faites grâce à des semelles en bois en deux parties (sur des chaussures de cuir), mais devant l'usure rapide de celles-ci, on les remplaça définitivement par des plaques de métal, les fers (ou taps en anglais), qui pour autant sont de nos jours en aluminium. Pour l'anecdote, notons que les moins fortunés fixaient des capsules de bouteille sous leurs chaussures à la place de vrais fers. Les spectacles de danse à claquettes devinrent de plus en plus techniques et étonnants grâce au Vaudeville et à la concurrence entre les diverses salles de spectacle aux USA. Le mélange des styles de numéros (comiques, acrobaties, danseurs de caractère, etc.) contribua à l'enrichissement des numéros de danse à claquettes par l'importation de nouveaux mouvements de plus en plus spectaculaires et innovants. À cette époque, il était courant de se faire chorégraphier un numéro de claquettes par un professionnel et de l'apprendre en cours particuliers avant de le produire en spectacle. De cette période, on connaît de nombreux artistes comme Bill Robinson, Honi Coles, John Bubbles, les Nicholas Brothers, etc.

   
  
 

Évolution

 

La danse à claquettes devint de plus en plus populaire avec les comédies musicales hollywoodiennes à partir des années 30 où des vedettes comme Fred Astaire, Ginger Rogers, Gene Kelly, Ann Miller, Eleanor Powell ou Shirley Temple firent de cette discipline une part essentielle du rêve américain. Ils y ajoutèrent des pas de danse classique et la musique jazz était omniprésente dans leurs numéros qui comportaient aussi du chant. De nombreux films cultes de cet âge d'or sont connus de tous comme "Top hat" (1935), "Broadway Melody of 1940", "Chantons sous la pluie" (1952), etc.

Comme d'autres manières de danser de l'époque swing, la danse à claquettes passa de mode avec la déferlante du du rock'n'roll après la Seconde Guerre mondiale. Mais le renouveau est là de nos jours grâce au retour de l'attrait du public pour les danses traditionnelles et folkloriques (comme les danses irlandaises) ainsi que pour le jazz et le swing. Pour simplifier, on parle aujourd'hui de deux principales catégories dans la pratique de la danse à claquettes :

  • les claquettes irlandaises où l'essentiel de l'attention du danseur est portée sur les frappes et que l'on retrouve dans des spectacles comme "Lord of the Dance".
  • les claquettes américaines (au début correspondant au style Broadway et comédies musicales où les postures et déplacements de tout le corps sont importants) qui, de nos jours, correspondent à tout ce qui n'est pas inclus dans les claquettes irlandaises ;
Il est intéressant de noter des pratiques spécifiques de la danse à claquettes comme le soft shoe, pratique légère, classe et dansée en chaussures sans fers (le sol est alors parsemé de sable pour qu'il y ait tout de même du bruit...) ou encore le hoofing aux frappes très intenses et complexes. Aux danseurs à claquettes, il est aussi possible d'associer, pour être complet, les percussionnistes qui font feu de tout bois... ou plutôt bruit de tout support comme les artistes du spectacle "Stomp" puisqu'ils incorporent des claquettes dans leurs numéros. Plus récemment, des artistes comme Gregory Hines ou Savion Glover (photo ci-contre) ont continué ou continuent de faire rêver le public américain (et les autres !) par leur dextérité et de faire évoluer la discipline. Ce dernier fait en particulier partie de ceux qui mêlent les rythmiques hip-hop à la pratique de la danse à claquettes. On voit aussi des innovations en terme de spectacle avec les "Tap Dogs", ces Australiens qui sont loin du sage costume et du chapeau melon de Bill "Bojangles" Robinson dans les années 30... Ce danseur à claquettes a marqué l'histoire à tel point que le "Tap Dance Day" (la journée de la danse à claquettes) est fêté aux États-Unis depuis 1989 le jour de son anniversaire, le 25 mai.
   
  
 

Conclusion : danse à claquettes et danse en couple

 

Les claquettes sont liées aux danses en couple de plusieurs manières. Tout d'abord, nous avons tous en tête l'image de Fred Astaire dansant avec ses partenaires à Hollywood où, entre deux refrains et trois pas de foxtrot, les danseurs s'adonnent à des rythmiques qui semblent sortir naturellement de leurs semelles. On a même pu assister à des claquettes sur patins à roulettes dans "Shall we dance" ("L'Entreprenant Monsieur Petrov" en version française). La danse à claquettes est donc particulièrement esthétique en couple, mais cette manière de les pratiquer a un peu été oubliée de nos jours. Il est toutefois à noter que la danse à claquette continue de se développer non seulement sous l'impulsion d'Américains, mais aussi d'Européens dont certains ont acquis une réputation excellente. Second argument, plus technique, le développement des qualités de danseur à claquettes permet d'améliorer son équilibre, son aisance et ses jeux de jambes dans les danses à deux comme le rock, le lindy hop,... et même la valse.

Réalisé à partir du blog Ultradanse.com, article "Claquettes ou tap dance" du 15-04-2010

   
  
 

Vidéo de démonstration

 

Comme exemple de danse à claquettes, nous avons choisi de vous présenter un extrait de "Swing Time", un film de 1936, où Fred Astaire et Ginger Rodgers jouent et dansent une scène de claquettes à deux.

   
  
 

Pour plus d'informations

 
   
  
 

Articles connexes du Blog

 
   
  

Dernière mise à jour de cette page : 20-07-2010.

Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites