Les danses en couple
Les danses en ligne
Les claquettes (tap dance)
Danse traditionnelle
La danse classique
Le hip-hop
Danse moderne
Autres formes de danse
Articles généraux

Pas de base en couple
Pas des danses en ligne
Variations
Bases des claquettes
Échauffement et étirements

Rythmes de base MIDI
Suggestions de musiques
Suggestions de CDs
Radio et webradio
Logiciels

Photos
Peintures
Cliparts et illustrations
Images Gif animées
Fonds d'écran
Écrans de veille
Polices de caractères

Livres
Vidéo et DVD
Presse et magazines
Chaussures, etc.

BLOG UltraDanse
ACTUALITÉS et médias
FORUMS de discussion
Page Facebook
Apprendre en école ou asso
Soirées et stages
Recherches de partenaires
Petites annonces
Sélection de sites

Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or

La danse bretonne

Avant d'entamer les explications sur ce qu'est la danse bretonne et ses origines, quelques informations sont nécessaires au préalable pour les personnes qui ne sont pas d'origine bretonne... Pour bien comprendre ce qui suit, il faut savoir que la Bretagne n'est pas une région où la culture est uniforme. D'ailleurs, on ne parle pas le même breton à Brest qu'à Vannes. C'est une région composée de plusieurs "pays" (bro en breton) qui ont chacun leur propre microculture et n'ont pas de réel rapport avec les départements (Finistère, Côtes-d'Armor, etc.) que nous connaissons aujourd'hui. En marge de ce découpage de type "province", on rencontre une division qui a son importance dans le domaine de la danse : Basse-Bretagne (à l'Ouest et où l'on parle breton) et Haute-Bretagne (à l'Est et où l'on ne parle pas beaucoup breton, voire plus du tout). Enfin, précisons dès à présent que danse se dit dañs en breton et que cela se prononce comme le mot français.

 

Origines

 

La première danse bretonne dépeinte par écrit serait le trihori. (On rapproche le nom de trihori du breton tri c’hoari qui signifie "trois jeux" en référence aux trois parties composant la danse.) On retrouve sa trace dans un document de 1588 de Thoinot Arbeau qui la décrit comme une sorte de branle (danse du moyen-âge). En cette comparaison, on trouve donc des similitudes avec des danses traditionnelles d'autres régions de France. En Basse-Bretagne, on distingue cinq danses dont semblent découler les autres : la gavotte (dañs tro, largement diffusée), l'an dro parfois écrit en dro (région de Vannes et souvent associé à l'hanter dro), la dañs Treger (région du Trégor), la dañs Leon (Nord du Finistère) et la dañs tro plinn (centre de la Basse-Bretagne). En Haute-Bretagne, c'est moins clair, car les travaux de recensement n'ont été réalisés que tardivement. On trouve néanmoins clairement des danses apparentées à l'an dro bas-breton, des ronds ou rondes, des passe-pieds, des branles vendéens. On remarque l'absence de noms bretons pour ces danses de Haute-Bretagne. Toutes ces danses se pratiquaient souvent en cercles fermés. On peut ainsi citer d'autres danses connues comme la ridée, le laridé, la danse du loup, le jabadao, la dañs plinn, mais aussi en Haute-Bretagne la pastourelle, l'avant-deux et les quadrilles.

Comme pour beaucoup de danses traditionnelles, la pratique a longtemps été essentiellement tournée vers les moments clef de la vie des gens : grands travaux agricoles (moissons, arrachage des pommes de terre, grands défrichages, etc.), activités de groupe (confection de paniers, etc.), événements familiaux (mariage, etc.), événements commerciaux (foires), événements religieux (pardons, feux de la Saint-Jean, etc.) La danse était accompagnée de chants ou de musiciens (sonneurs de biniou et de bombarde, mais ils ont été rejoints par des joueurs de violon, de clarinette ou d'accordéon). Le recours aux musiciens (qui étaient payés) avait généralement lieu lors de grands événements. Les autres fois, les danses étaient animées par des chanteurs (qui n'étaient pas payés, eux) qui peuvent très bien danser en même temps qu'ils chantent. À noter, la spécificité des chants bretons en la technique du kan ha diskan ("chant et contre-chant") où deux chanteurs alternent en une sorte de question-réponse.

   
  
 

Évolution

 

À l'époque, chaque bro avait ses propres danses qui se diffusaient peu et les différentes danses étaient généralement transmises par mimétisme : chaque nouveau danseur apprenait sur le tas en regardant les autres ou en intégrant directement (et maladroitement) la danse de groupe. Mais l'industrialisation de la fin du XIXe siècle avec ses voies de communication crée une ouverture vers l'extérieur, qui fera évoluer la danse plus rapidement que précédemment. En effet, la société évolue vers une individualisation plus présente là où l'esprit de groupe était essentiel à la survie. C'est ici que le cercle formé par les danseurs s'ouvre et se transforme en longue chaîne où le meneur du début de la chaîne décide du chemin. Puis, on passe à des chaînes de plus en plus courtes (jusqu'à finir au simple couple) où chaque individu pourra être amené à se montrer un peu plus. En parallèle de cette évolution, les mouvements de bras sont apparus là où les danseurs se serraient littéralement les coudes à l'origine, ce qui ne permettait pas aux bras de bouger, mais renforçait le lien entre les danseurs. Au XVIIIe siècle, les danses de Haute-Bretagne sont également influencées par la contredanse anglaise (country dance) où l'on danse couple par couple, comme dans un quadrille. La contamination sera effective au début du XIXe siècle. Et l'on ne parle pas des polkas et autres scottiches qui se diffusent dans tout le pays et sont assimilées par les danses traditionnelles.

Depuis années 40 et encore davantage après la Seconde Guerre mondiale, les cercles celtiques et les groupes de loisirs déforment (volontairement ou non) les danses que leurs danseurs pratiquent. Ils créent ainsi de nouvelles danses et variantes. L'invention de nouvelles danses a aussi été parfois faite en contradiction avec le support musical traditionnel (on effectue des pas sur une musique qui n'y est traditionnellement pas associée). Le renouveau de la danse traditionnelle bretonne se fait en partie grâce au chanteur et harpiste Alan Stivell (dont l'une des mélodies connues a été reprise dans les années 90 par le groupe Manau) qui, par la musique et ses prises de position, affirma sa culture et l'identité de ses racines. Après 1970, l'évolution des musiques populaires amena le remplacement du chant dans les festoù noz par des formations musicales où apparaissent les guitares électriques. Une petite précision : festoù noz est le pluriel de fest noz, une fête en soirée. Si la fête se passe le jour, on appelle cela un fest deiz ("fête de jour"). Ces fêtes traditionnelles sont devenues un vecteur de transmission non seulement des danses bretonnes, mais aussi de la musique bretonne. Ces rassemblements se font comme les soirées de danses à deux, il s'agit d'une sortie de loisir pour se divertir et voir du monde dans une ambiance festive. Le mot fest noz dépasse aujourd'hui les limites de la Bretagne puisqu'on qualifie parfois de fest noz les bals folk d'autres régions où d'autres danses traditionnelles sont pratiquées (mazurka, polka, scottich, bourrée, etc.). Ces rendez-vous familiaux et populaires ouverts à tous semblent être très positif, cependant ils ont produit des effets pervers sur les danses des origines par un gommage des difficultés techniques, l'uniformisation des gestes lorsque des cours d'initiation sont donnés, etc. En même temps, on voit parfois la disparition des rituels de danse dans les festoù noz (disparition du meneur, attitude légère vis-à-vis des traditions, perte de respect, etc.). De même, on assiste à la dissociation entre la musique et chant d'un côté et la danse de l'autre côté.

   
  
 

La gavotte et l'an-dro

 

La danse bretonne la plus connue de nom est probablement la gavotte. Cette danse bretonne (aussi appelée dañs tro en breton) doit son appellation française à la gavotte française dansée à la Cour du fait que les deux danses se pratiquent en cercle, mais il semble que l'origine de la danse n'ait pas de rapport avec la gavotte française. Les pas de la gavotte bretonne varient selon la zone géographique où elle est pratiquée (différence au niveau des changements d'appuis, petits sauts, vitesse, etc.). Cette zone s'étend sur environ les 3/4 de la Basse-Bretagne. La gavotte peut se trouver au sein de suites de danses incluant des moments de repos (parfois marqués par une marche).

Même si elle est la plus connue du fait de son nom français, ce n'est pas à la gavotte à laquelle pensent les touristes se rendant en Bretagne. Ils ont en tête l'image d'une danse se dansant en cercle, certes, mais qui comporte des mouvements de bras et où les danseurs se tiennent par le petit doigt. En réalité, il s'agit là de l'an dro (que l'on peut traduire par "la ronde" ou "le tour" en français). Cette danse peut aussi se faire en chaîne ouverte où les hommes et les femmes sont alternés et se tiennent effectivement par le petit doigt. Le néophyte en danse peut éprouver des difficultés à synchroniser le mouvement de ses pieds avec celui de ses bras qui est caractéristique de la variante de Baud et qui correspond à ce qui est dansé de nos jours en fest noz. Je vous donne quelques détails.

Réalisé à partir du blog Ultradanse.com, article "La danse bretonne" du 10-10-2010

   
  
 

Vidéo de démonstration

 

Comme exemple de danse bretonne, nous avons choisi de vous présenter un an dro dansé en chaîne en 2008 par le cercle celtique "Bleuniou Lann An Aven" lors de la soirée de l'Aven à Riec sur Belon, dans le Finistère. Un film réalisé par un amateur, mais qui est assez représentatif.

   
  
 

Articles connexes du Blog

 
   
  

Dernière mise à jour de cette page : 01-10-2010.

Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites