Le Blog UltraDanse.com est un
complément aux articles sur la
danse du site. Vous pouvez y
naviguer par catégorie, par article,
par date.
 Pour retourner au site principal
UltraDanse, cliquez sur Accueil.


Société
Insolite
Culture
Divers
 
Toutes par date


Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or
 

Le blog UltraDanse.com

 
Le blog UltraDanse.com regroupe les billets écrits par Christian Rolland, danseur, enseignant, auteur et éditeur de livres portant sur la danse. Les articles sont affichés par ordre chronologique inverse (du plus récent au plus ancien) et sont groupés cinq par cinq afin que chaque page ne soit pas trop longue à faire défiler. N'hésitez pas à ajouter un commentaire sur tel ou tel article.
 

 [ <<Voir les 5 articles suivants (par date) ]   [ Voir les 5 articles précédents (par date)>> ]
 

Isadora Duncan et la danse libre

 
Le 04 novembre 2012

Dans ce blog, il m'arrive de temps à autre de m'intéresser à une danseuse ou à un danseur en particulier. Certain(e)s sont devenu(e)s célèbres par la télévision ou le cinéma, d'autres sont connu(e)s dans un certain domaine de la danse pour avoir marqué les esprits et influencé la pratique de nombreux de leurs contemporains. Aujourd'hui, je vous propose de parler un peu d'Isadora Duncan, une Américaine que certains ont surnommée "la danseuse aux pieds nus". Difficile de résumer en quelques lignes tout ce qui a été dit et raconté à son sujet, mais je vais tenter d'aborder l'essentiel. En corollaire à cet article, je vais aussi vous parler d'un livre qui sort ce mois-ci et dont le sujet est en relation.

Isadora Duncan est née à San Francisco, aux États-Unis en 1877. Son père était banquier et grand amateur d'art de manière générale, avec une sensibilité particulière pour la culture grecque antique, et sa mère était musicienne. Suite au divorce de ses parents vers 1880, Isadora et sa famille déménagèrent à Oakland. La petite famille vécut pauvrement et les filles durent donner quelques cours de danse à d'autres enfants du quartier durant leur adolescence afin de compléter les revenus de la mère de famille. En 1895, à l'âge de 18 ans, Isadora Duncan intégra la Augustin Daly's theater company à New York, mais la danse classique ne lui donnait aucune réelle satisfaction. Sous l'impulsion d'Isadora et pour développer la conception de la danse de celle-ci, toute la famille déménagea pour Londres en 1899, puis quelques mois plus tard pour Paris. Dans ces deux villes, les vestiges grecs des musées (le British Museum et le Louvre) passionnèrent Isadora. On dit qu'à cette époque elle dansait en imitant les positions des peintures de vases antiques tandis que son frère Raymond la photographiait. Ses spectacles de danse étaient basés sur une interprétation de morceaux de musique classique comme le Beau Danube bleu de Strauss, la Marche funéraire de Chopin ou encore la Symphonie Pathétique de Tchaïkovsky.

Plus tard dans sa vie, après l'avoir déjà fait en France et en Allemagne, Isadora Duncan créa sa propre école de danse à Moscou, motivée par la promesse du gouvernement russe de lui apporter son soutien. Une fois l'école bâtie, le soutien en question ne vint pas et elle dut reprendre le chemin de la scène. Le rêve d'Isadora Duncan était de pouvoir enseigner à des enfants qui, à leur tour, auraient enseigné à d'autres enfants. Isadora Duncan est décédée alors qu'elle était dans une automobile en 1927 à l'âge de 50 ans, étranglée par son écharpe. Ses cendres se trouvent au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Philosophiquement, Isadora Duncan s'est radicalement éloignée de la technique de danse classique rigide et, selon elle, contraire à la nature humaine. Elle a toujours recherché le mouvement le plus naturel possible, prônant la connexion entre les émotions et le mouvement. Dans le cadre de cette démarche, elle s'est inspirée de la culture de la Grèce ancienne associée à la recherche de liberté présente dans la culture américaine, donnant ainsi ses fondations à la "danse libre" et à la danse moderne de manière générale, dont s'inspirent certains courants de la danse contemporaine. Lorsqu'elle se produisait, elle était souvent vêtue à la grecque, se drapant dans une pièce de tissu et dansant pieds nus. Six de ses élèves les plus doués s'installèrent aux USA. Ils furent adoptés par Isadora Duncan et prirent son nom de famille. Son travail a permis à la danse de retrouver une place de choix en tant qu'art là où l'aspect divertissement avait tendance à dominer.

L'un des adeptes de la manière de danser d'Isadora Duncan, François Malkovsky, était ami avec l'un des frères de celle-ci, Raymond Duncan. Venu en France pour travailler le chant lyrique, il se découvrit à son contact une vocation pour la danse. Il finit par enseigner lui-même la danse libre dans les écoles et les cours d'éducation physique, imaginant ainsi une approche pédagogique du mouvement naturel humain au sein de la "danse libre" telle qu'elle a été initiée par Isadora Duncan. François Malkovsky est décédé en 1982 en France, à Laon, et son approche de la danse libre continue de se transmettre dans de nombreuses villes.

Cela m'amène à vous parler d'un des livres sur lesquels j'ai travaillé ces dernières semaines et qui a, entre autres activités, retardé le redémarrage de l'écriture d'articles pour le blog que vous consultez. Ce livre, écrit par Anne-Marie Bruyant (qui enseigne la danse libre depuis de nombreuses années), s'intitule "La danse libre" avec pour sous-titre "Sur les traces d'Isadora Duncan et de François Malkovsky". Je pense qu'à l'éclairage des lignes ci-dessus vous aurez deviné ce dont il parle et que le terme "danse libre" ne fait pas référence au fait d'improviser dans n'importe quel style de danse.

En réalité, ce livre n'est ni un livre sur l'histoire de la danse libre, ni un livre de technique permettant d'apprendre la danse libre chez soi. C'est un ouvrage qui, même si les aspects précédemment cités sont en partie présents, tente d'expliquer les bases de la danse libre, vues de l'intérieur. En effet, la danse libre permet de s'exprimer en toute liberté et en adéquation avec la nature profonde du corps humain, mais elle peut aussi constituer un cheminement intérieur vers un certain bien-être. Le principe est de ne pas forcer le corps dans des positions extrêmes (comme les pointes de la danse classique) et de faire se succéder des mouvements et positions qui correspondent à celle que le corps humain peut faire sans aucune contrainte. C'est donc une forme de danse toute en douceur qui peut très bien convenir aux enfants, aux adultes et aux personnes âgées et elle peut se faire avec ou sans accessoires (balles, bâtons, etc.). S'il est clair que ce n'est pas une manière de danser spectaculaire (mais il existe des chorégraphies et des spectacles de danse libre), le travail se fait à la fois intérieurement, en s'accordant avec la musique et avec sa nature propre, et extérieurement, en oubliant certaines déformations qu'occasionne la vie moderne. Par exemple, il est courant que les personnes débutant la danse libre découvrent qu'ils ne savent pas vraiment marcher et que leur marche de tous les jours pour aller au travail induit des contraintes inconscientes à leur corps. Ceci n'est qu'un exemple de ce que le livre d'Anne-Marie Bruyant explique et j'ai pu découvrir dans cet ouvrage une approche de la danse plus spirituelle que dans d'autres formes de danse. Il est difficile d'expliquer tout cela dans un petit paragraphe comme ici, je vous laisse vous faire votre propre idée en lisant ce livre qui comporte de nombreuses photographies de danse libre aussi bien issues d'archives que prises récemment.

À noter que ce livre, à paraître le 19 novembre prochain, est encore disponible par le biais d'une souscription à tarif préférentiel sur le site des éditions Rolland ou en imprimant ce bon de commande à télécharger.

 [ Ajouter un commentaire ] [ 3 commentaire(s) ]
   
  
 

Chorégraphie et improvisation

 
Le 04 juin 2012

Les personnes ne dansant pas imaginent souvent que chaque danse qu'ils voient est chorégraphiée au millimètre et que les danseurs ont répété durant des heures. S'il est vrai que des heures de travail ont été nécessaires pour parvenir au résultat, il n'est pas certain que la danse ne soit pas issue d'une improvisation. Parlons donc aujourd'hui de ce qui différencie l'improvisation de la chorégraphie, deux manières tout à fait différentes et complémentaires de concevoir la danse.

En cette période de fin de saison, les galas et spectacles de fin d'année sont nombreux dans toutes les villes où des cours de danse sont dispensés. C'est l'occasion de montrer ce qui a été fait durant l'année et de fêter la fin d'une saison où l'on a mis tout son coeur à perfectionner sa danse. Apprendre une chorégraphie pour la reproduire à la perfection lors d'un spectacle est une tâche où la mémoire est beaucoup sollicitée, mais qui a l'avantage, répétition après répétition, d'imprégner le corps des mouvements qui composent la danse. Il n'est donc pas seulement question d'apprendre une poésie par coeur, chacun s'approprie aussi l'esprit de la poésie au point de pouvoir en écrire une nouvelle variante après des heures de répétition. La chorégraphie forme une certaine logique dans les mouvements et cette logique intègre plus ou moins consciemment la danseuse ou le danseur. Cela fait partie de sa formation.

En ce moment, j'ai moi-même des élèves qui travaillent des chorégraphies de ce type. Prenons le cas de cours de rock au niveau débutant. La chorégraphie permet de réviser toutes les figures que l'on a apprises depuis le début de l'année et de les intégrer. Pour mettre un peu de piment dans l'exercice, j'ajoute en général un petit passage où l'interprétation musicale prime sur l'enchaînement de figures. L'apprentissage de l'enchaînement des figures connues et structurées se passe généralement bien. Je précise, pour les lecteurs qui ne pratiquent pas les danses en couple, que ces fameuses figures sont comme des briques ou des séquences de mouvements et de pas que l'on assemble pour former la danse. Pour simplifier, en soirée dansante, on utilise les mêmes briques, mais c'est ordre qui change au gré du danseur et de son aptitude à improviser cette succession selon la musique qu'il entend. Mais je reviens à mon enchaînement chorégraphique. La partie qui pose davantage de problèmes aux élèves habitués à manipuler ces fameuses briques est celle où j'ai un peu changé le rythme des pas et où je propose une gestuelle démonstrative inspirée par la musique et l'histoire que l'on veut raconter aux éventuels spectateurs. Autant la danse à deux improvisée est-elle un dialogue entre les partenaires, autant cet aspect spectacle ajoute-t-il le public comme troisième larron de l'affaire. Les danseurs doivent sortir de leur cadre protégé de la technique réglée du rock qui leur permet d'improviser et, le temps de quelques mesures, faire un tout autre exercice très cadré, mais où l'improvisation n'est plus possible. Cela oblige à écouter la musique et à danser pour un public, bref, à faire ce que font tout le temps les danseuses et danseurs de hip-hop, modern jazz, etc.

Tiens, parlons-en, des danseuses et danseurs de hip-hop, modern jazz et autre danse classique. Leur spécialité, c'est le spectacle en priorité, c'est la performance au sens anglais du terme. Ce n'est donc pas tout à fait la même problématique pour eux. Leur style de danse les habitue à danser soit pour eux-mêmes, soit pour un public. Les spectacles sont donc chorégraphiés au millimètre et il vaut mieux ne pas s'écarter de la ligne dessinée par le chorégraphie sous peine de perturber tout le spectacle. J'admets qu'en hip-hop, ce n'est pas tout à fait cela, car les battles peuvent amener les danseurs à improviser, mais tous les danseurs de hip-hop ne font pas des battles... En modern jazz, classique, etc. tout est donc cadré. La chorégraphie de fin d'année représente le travail de toute la saison et, à chaque représentation, les mouvements doivent être reproduits à l'identique. Il n'y a généralement pas d'improvisation, c'est un exercice que l'on apprend beaucoup plus tard après avoir appris des dizaines de mouvements nouveaux et après avoir suffisamment gagné en maturité pour les faire se succéder en suivant son inspiration. C'est plus difficile que pour les danseurs en couple, car le niveau n'est plus la brique dont je parle plus haut, mais plutôt le gravillon voire le grain de sable. Mais une fois que la danseuse ou le danseur a atteint ce niveau, quelle liberté s'offre à elle/lui ! Cela a toutefois un revers : un danseur formé uniquement au spectacle aura du mal à danser en fonction d'un/une partenaire. On connaît les pas de deux du ballet classique, mais je pense que même dans ce cas les danseurs, bien souvent, dansent chacun l'un à côté de l'autre et assez peu l'un avec l'autre (en dehors des portés, évidemment). La danseuse peut faire une pirouette sans l'aide ou le guidage de son partenaire et le danseur tente généralement de bien se positionner, mais ne donne aucun guidage puisque sa danseuse ne l'utiliserait pas.

On le voit, il y a différents niveaux d'improvisation et différents types de techniques. Je ne crois pas que certains soient davantage "vrais danseurs" que d'autres comme j'entends parfois dire. Les usages sont différents : d'un côté, il y a l'aspect social et convivial de la danse où l'improvisation est faite de briques qu'il faut ordonner un minimum (et parfois de petits cailloux lorsqu'il y a des jeux de jambes ou des attitudes). De l'autre côté, il y a l'aspect, spectaculaire et festif de la danse où l'improvisation se fait au niveau du grain de sable. C'est un peu plus long d'atteindre l'aisance en improvisation, mais le degré de liberté est aussi plus important. Le danseur complet devrait donc être en mesure à la fois de danser avec une/un partenaire en utilisant cette notion de suivi/guidage que tous les danseurs de danse à deux connaissent et de danser librement en improvisation devant un public. Ce sont ces deux qualités qui sont nécessaires dans le cadre de l'émission So You Think You Can Dance dont la nouvelle saison vient de démarrer aux USA. Et c'est peut-être pour cela que j'aime bien ce concept.

 [ Ajouter un commentaire ] [ 3 commentaire(s) ]
   
  
 

La soca dance et le daggering

 
Le 22 avril 2012

Cette fois-ci, j'ai eu envie de vous parler de ce qui se passe à l'étranger. Un article du journal anglais "The Guardian" m'a récemment interpellé. Il avait pour titre "Daggering is dirty but it's what kids do", autrement dit "Pratiquer le daggering c'est sale, mais c'est ce que font les gamins." En lisant l'article, j'ai un peu pensé à la Soca Dance des années 90, mais les vidéos m'ont convaincu que cela allait un peu plus loin. Voyons donc de quoi il s'agit...

L'article du Guardian commence comme ceci :

The idea of it is to dance as wildly, as noisily, as furiously as you can; expose yourself as much as possible if you are a woman; and kick as high as you can, no matter which sex you belong to. L'idée derrière cela est de danser le plus sauvagement, bruyamment et furieusement que l'on peut, de s'exposer de plus possible si l'on est une femme et de donner des coups de pied aussi haut que possible peu importe votre sexe.

L'article fait allusion au cancan que Mark Twain évoquait dans "Le voyage des innocents" en 1869. Cet écrivain décrit dans ce texte les scènes qui nous viennent à l'esprit lorsque l'on dit "French Cancan" : des filles qui saisissent leur robe à deux mains et lancent leurs jambes le plus haut possible. En réalité le texte que j'ai traduit ci-dessus est exactement le texte de Mark Twain, repris par la journaliste du Guardian. On le voit, à chaque époque correspond son lot de danses scandaleuses. En son temps, il y a eu la valse, puis le rock, puis le twist, puis... Mais le daggering va encore plus loin que toutes ces danses.

Le daggering dont il s'agit ici est une manière bien particulière de se trémousser en boîte de nuit. Une description succincte devrait suffire à vous en donner une idée : l'homme se colle derrière la femme, le premier met ses mains sur les hanches de la seconde alors que celle-ci se penche en avant avant que les protagonistes ne se mettent à gesticuler du bassin de manière très suggestive. S'ils n'étaient pas habillés, on pourrait penser à autre chose, mais il paraît que c'est une forme de danse. Je vous passe ici un certain nombre de détails et de variantes plus ou moins acrobatiques que vous pourrez aisément trouver sur Internet en tapant le mot sur Google. J'ai essayé de trouver une photo d'illustration la plus soft possible, mais j'avoue que cela n'a pas été facile, alors vous n'aurez que des dessins...

Certains appellent aussi cette manière de "danser" le "dry humping" qui, littéralement, est un nom plus explicite puisqu'il signifie "niquer à sec" (désolé pour les âmes sensibles, mais c'est la traduction la plus proche que j'aie pu faire). Cette pratique consiste donc à simuler un rapport sexuel devant potentiellement des centaines de personnes. Il est donc impossible que faire le daggering si les deux partenaires ne sont pas consentants. Aussi explicite qu'elle soit, cette "danse" extrême est issue d'une certaine manière de danser dans les Caraïbes et des musiques de type "Dancehall" que l'on passe en boîte de nuit. Et si l'on regarde un peu plus de 20 ans en arrière, on trouve une certaine analogie avec le soca (aussi appelée la "soca dance").

La soca dance est apparue en France en 1990 sur le titre du même nom interprété par Charles D. Lewis, un Antillais installé en Allemagne. Suite au succès de la lambada l'année précédente, les producteurs de TF1 ont recherché la danse de l'été pour prendre la suite et ce fut la soca dance. Tous ceux qui ont regardé la télévision à cette époque se rappellent le clip tourné sur une place et où les personnes filmées ondulaient du bassin de manière suggestive les unes derrières les autres. Sans oublier les filles en maillot jaune suggérant la fameuse marque de boisson pétillante à l'orange partenaire de l'opération. Plus de 500 000 disques ont été vendus à l'époque. Contrairement à la lambada, dans la soca, on roule des hanches et il n'y a pas réellement de figures identifiables.

Le soca est en réalité un style musical issu du calypso dont on a accéléré le tempo. Le mot "soca" vient du "so" de la musique soul et du "ca" du calypso. La Compagnie Créole a en premier importé en France ce style issu de l'île de Trinidad via leur titre "Soca party sur la plage" en 1986. Pour ce qui est du calypso, les Français en ont souvent entendu au milieu des années 1950 et ont pu danser langoureusement sur des titres comme "Banana Boat Song"/"Day-O" d'Harry Bellafonte (titre utilisé dans le film "Beetlejuice" pour faire danser malgré eux les convives d'un repas, une scène qui m'amuse toujours). Le calypso se dansait déjà de manière langoureuse, à petits pas et avec une mobilité des hanches (mais une distance de quelques centimètres était de rigueur entre les partenaires), et le soca en a hérité les bases.

Pour finir cet article, je vais reprendre une image (ci-contre) qui circule sur Internet et les réseaux sociaux. Elle donne en quatre images une certaine évolution de la manière de danser dans les soirées "jeunes". En 1970, on pouvait encore trouver de nombreuses personnes dansant à deux dans les règles de bienséance. En 1980, c'est la continuité du disco et chacun pour soi. En 1990, c'est la soca dance et les rapprochements suggestifs des hommes derrière les femmes. Enfin en 2011, c'est le daggering et là, tout est très explicite avec le consentement des femmes qui en rajoutent. Même si ce n'est qu'une branche extrême de l'évolution (on continue toujours à beaucoup danser en couple avec les règles de savoir-vivre et les adeptes du daggering sont une minorité), cela doit aussi sûrement dénoter d'une certaine évolution de la société, passée d'un modèle d'autorité patriarcale à un modèle plus libéral pour ce qui concerne les plus jeunes. Il paraît que cette manière de danser se rencontre de plus en plus fréquemment dans les mariages aux USA. Si cela se passe entre adultes consentants, cela peut encore passer, mais il semble que les adolescents (et même les préadolescents à partir de 11 ans !) s'approprient de plus en plus cette mode un peu violente sur les bords. Tout cela se fait via des vidéos sur Internet et non pas le canal des clips vidéo diffusés à la télévision. Comme le "Guardian", les médias anglophones parlent beaucoup de cette pratique qui est devenue un sujet de société. En tout cas, il semble que l'on ait d'ores et déjà recensé des séquelles au niveau du bas ventre de certains pratiquants mâles un peu trop exaltés. Comme quoi, mieux vaut parfois garder quelques distances...

 [ Ajouter un commentaire ] [ 0 commentaire(s) ]
   
  
 

Chorégraphie Ai se eu te pego

 
Le 25 mars 2012

Voilà un moment que je n'avais pas publié d'article dans ce blog. La faute à un emploi du temps surchargé par de multiples activités liées à la danse évidemment. En réalité, il y avait aussi beaucoup d'activités liées aux livres, dont la sortie des nouveautés du moment dans le catalogue de ma maison d'édition et la préparation du Salon du livre de Paris. D'ailleurs, merci à ceux qui sont venus nous visiter le samedi après-midi. C'était une occasion d'échanger avec les danseurs-lecteurs en région parisienne. Bref, je reviens cette semaine avec un article à propose d'une chanson et une chorégraphie qui fait fureur en ce moment : "Ai se eu te pego", chantée par le brésilien Michel Teló. Cet article a mis du temps à sortir, mais d'un autre côté il est, je crois, suffisamment détaillé pour compenser...

"Ai se eu te pego", que l'on peut traduire par "Oh si je t'attrape", est à l'origine une chanson brésilienne écrite en portugais en 2008 par Sharon Acioly et Antônio Dyggs. Elle fut interprétée en premier par Os Meninos de Seu Zeh. Ensuite, elle fut reprise par divers groupes brésiliens dont Cangaia de Jegue et sa version style reggae jusqu'à ce qu'en juillet 2011, le Brésilien Michel Teló s'en empare et la popularise dans le monde entier au point d'en faire une version en anglais "Oh, If I Catch You!" (dont la vidéo est sortie en janvier 2012). Cela commence par le Brésil ou le titre atteint rapidement la première place des hit-parades, puis ce fut au tour de l'Espagne, puis des autres pays. Plus récemment, des remixes pour discothèques ont été réalisés à partir de cette chanson dont la plus connue interprétée par Inna. Voici le texte original de la chanson avec une traduction (qui n'est pas de moi) qui permet un peu de comprendre certains mouvements suggestifs de la chorégraphie associée dont je parlerai plus loin.

Ai Se Eu Te Pego / Oh si je t'attrape

Nossa, nossa
Assim você me mata
Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego

Delícia, delícia
Assim você me mata
Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego

Sábado na balada
A galera começou a dançar
E passou a menina mais linda
Tomei coragem e começei a falar

Nossa, nossa
Assim você me mata
Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego

Delícia, delícia
Assim você me mata
Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego

Sábado na balada
A galera começou a dançar
E passou a menina mais linda
Tomei coragem e começei a falar

Nossa, nossa
Assim você me mata
Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego

Delícia, delícia
Assim você me mata
Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego
 
Divine, divine
C'est comme cela que tu me tues
Oh si je t'attrape, oh oh si je t'attrape

Délicieuse, délicieuse
C'est comme cela que tu me tues
Oh si je t'attrape, oh oh si je t'attrape

Samedi en soirée
La foule a commencé à danser
Et la plus belle fille est passée
J'ai pris courage et j'ai commencé à parler

Divine, divine
C'est comme cela que tu me tues
Oh si je t'attrape, oh oh si je t'attrape

Délicieuse, délicieuse
C'est comme cela que tu me tues
Oh si je t'attrape, oh oh si je t'attrape

Samedi en soirée
La foule a commencé à danser
Et la plus belle fille est passée
J'ai pris courage et j'ai commencé à parler

Divine, divine
C'est comme cela que tu me tues
Oh si je t'attrape, oh oh si je t'attrape

Délicieuse, délicieuse
C'est comme cela que tu me tues
Oh si je t'attrape, oh oh si je t'attrape
Traduction réalisée par lolita-shatia
et Kokonuts (site paroles-musique.com)

Pour ce qui est de la chorégraphie, j'avoue que les choses sont moins claires... Il y a évidemment ces stars du football, du rugby ou du tennis que l'on voit esquisser quelques mouvements au son de la chanson fin 2011 : Neymar, Cristiano Ronaldo, Rafael Nadal, etc. C'est de là que certains mouvements ont été propagés dans les médias internationaux. La vidéo la plus ancienne que j'aie pu trouver présentant une chorégraphie sur ce titre est celle du groupe Cangaia de Jegue déjà évoqué plus haut. Elle date de 2008, année de la sortie de leur single "Ai se eu te pego!". Voici la vidéo en question et on y voit bien dès cette époque des mouvements caractéristiques lors du refrain.

Il semble qu'en réalité seul le refrain de la chanson soit dansé de la même manière partout. Pour le reste, diverses versions existent en vidéo sur Internet. Il y a la version "street dance", la version "zumba" (disons même plusieurs dans ce cas), etc. En tout cas, Michel Telo ne fait la promotion d'aucune chorégraphie ni dans ses clips, ni sur son site Internet. Il n'y a donc pas de chorégraphie officielle. Celle que je vous propose en premier ci-dessous a pourtant été libellée comme chorégraphie officielle sur Youtube, mais j'ai l'impression qu'elle a été créée pour accompagner la reprise de la chanson par Manuel Malanotte. On pourrait penser que je l'ai choisie à cause des danseuses présentes dans la vidéo, ce n'est pas la vraie raison (si, si je vous assure !). C'est plutôt ma sensibilité salsa qui a parlé (quelques pas on 2 y sont présents). Voici donc le détail de cette chorégraphie.

REFRAIN
4- Main sur tête en bas orientation droite, puis on lève la tête 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Main sur tête en bas, orientation gauche, puis on lève la tête
   (genoux fléchis orientés comme la tête)

4- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Se faire du vent au visage des 2 mains  

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

4- Caresser de la main droite du buste vers ventre 
   avec vague du corps à droite
   Caresser de la main gauche du buste vers ventre 
   avec vague du corps à gauche

4- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Se faire du vent au visage des 2 mains  

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

INSTRUMENTAL
4- Pas battu simple vers la droite avec main droite dans les cheveux cheveux 
   Pas battu simple vers la gauche avec main gauche dans les cheveux cheveux
   Double pas vers la droite (chassé)
4- Pas battu simple vers la gauche avec main gauche dans les cheveux cheveux 
   Pas battu simple vers la droite avec main droite dans les cheveux cheveux
   Double pas vers la gauche (chassé)
   Faire 1/4 de tour à gauche

4- Pas battu simple vers la droite avec main droite dans les cheveux cheveux 
   Pas battu simple vers la gauche avec main gauche dans les cheveux cheveux
   Double pas vers la droite (chassé)
4- Faire 1/2 tour à gauche en tendant bras en haut sur 1/2 temps
   Vague avec mains descendant de tout en haut vers le bas

COUPLET
8- Ecarter pied droit à droite
   Pas de salsa croisé arrière à droite
   Pas de salsa croisé arrière à gauche
   Pas de salsa croisé arrière à droite
   Pas de salsa croisé arrière à gauche
   (attention pas de temps de pause ici)

4- Mambo inversé (pied droit avant, pied gauche arrière)   
4- Pivot en 4 pas centré sur le pied gauche

4- Pied droit en avant avec arc de cercle bras droit en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied gauche
   et écarter le pied droit (pas "numero dos" en salsa) 
   Pied gauche en avant avec arc de cercle bras gauche en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied droit  
   et écarter le pied gauche (pas "numero dos" en salsa)  
4- Pas chassé à droite avec coupe-coupe des bras à droite
   Pas chassé à gauche avec coupe-coupe des bras à gauche
4- Pied droit en avant avec arc de cercle bras droit en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied gauche
   et écarter le pied droit (pas "numero dos" en salsa) 
   Pied gauche en avant avec arc de cercle bras gauche en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied droit  
   et écarter le pied gauche (pas "numero dos" en salsa)  
4- Pas chassé à droite avec coupe-coupe des bras à droite
   Pas chassé à gauche avec coupe-coupe des bras à gauche

Et on recommence au début (refrain)

Cette chorégraphie est présentée dans la vidéo ci-dessous. Cette vidéo n'est pas très bien montée, car il y a parfois des décalages de l'enchaînement par rapport à la musique, mais la synchronisation est rétablie au changement de plan. En cas de doute, référez-vous à la description textuelle que je viens de vous livrer ! Attention, l'enchaînement est modifié en fin de morceau pour coller à la musique.

Il y a une autre chorégraphie que je trouve assez sympa et assez proche de celle que je viens de décrire, bien que moins riche et donc plus simple à apprendre. Elle est promue par le groupe Los Locos (un groupe italien, je pense) qui fait une reprise du titre. Je décompose ici aussi les mouvements.

REFRAIN
4- Poings en haut, bras tendus à gauche, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
   Poings en haut, bras tendus à droite, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
4- Se faire du vent au visage des 2 mains  
   Tout en faisant des pas battus gauche, droite 

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

4- Poings en haut, bras tendus à gauche, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
   Poings en haut, bras tendus à droite, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
4- Se faire du vent au visage des 2 mains  
   Tout en faisant des pas battus gauche, droite

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

INSTRUMENTAL
4-  Pas battu simple vers la gauche en ramenant les mains devant les pectoraux
    Pas battu simple vers la droite en ramenant les mains devant les pectoraux
   Double pas vers la gauche (chassé)
4-  Pas battu simple vers la droite en ramenant les mains devant les pectoraux
    Pas battu simple vers la gauche en ramenant les mains devant les pectoraux
   Double pas vers la droite (chassé)
4- Pas battu simple vers la gauche en ramenant les mains devant les pectoraux
    Pas battu simple vers la droite en ramenant les mains devant les pectoraux
   Faire 1/4 de tour à gauche 
   Puis double pas vers la gauche (chassé)
4- Faire 1/2 tour à droite en mettant les mains sur les hanches
   (tête tournée vers l'avant)
   Rouler des hanches en descendant puis remontant

COUPLET
4- (rythmique : 1 et 2 et 3, 4 et)

   Avancer le pied droit dans la diagonale avant-droite
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche,
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Ecarter le pied droit à droite
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite, 
   Reposer le poids du corps sur le pied droit

4- (rythmique : 5, et 6 et 7, 8 et)
   Avancer le pied gauche dans la diagonale avant-gauche
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite,
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Ecarter le pied gauche à gauche
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche, 
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche

4- (rythmique : 1 et 2 et 3, 4 et)

   Avancer le pied droit dans la diagonale avant-droite
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche,
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Ecarter le pied droit à droite
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite, 
   Reposer le poids du corps sur le pied droit

4- (rythmique : 5, et 6 et 7, 8 et)
   Avancer le pied gauche dans la diagonale avant-gauche
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite,
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Ecarter le pied gauche à gauche
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche, 
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche

4- (rythmique : 1 et 2 et 3, 4 et)

   Avancer le pied droit dans la diagonale avant-droite
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche,
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Ecarter le pied droit à droite
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite, 
   Reposer le poids du corps sur le pied droit

4- (rythmique : 5, et 6 et 7, 8 et)
   Avancer le pied gauche dans la diagonale avant-gauche
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite,
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Ecarter le pied gauche à gauche
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche, 
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche

8- Pivoter en 8 pas centré sur pied gauche avec moulinets des bras
   Sur la rythmique : lent, lent, vite, vite, vite, vite

Et on recommence au début (refrain)

Voilà, vous savez tout... ou en tout cas tout ce que je sais ! J'espère que cela vous permettra de vous préparer pour l'été où, j'en suis persuadé, "Ai se eu te pego" et ses multiples chorégraphies ne manquera pas de marquer vos soirées et vos séjours en village vacances en France et à l'étranger !

 [ Ajouter un commentaire ] [ 1 commentaire(s) ]
   
  
 

You Can Dance en France

 
Le 04 mars 2012

Voici déjà plusieurs années que j'écris dans ce blog que j'attendais avec impatience l'arrivée en France de l'émission américaine "So You Think You Can Dance". Il y avait eu la diffusion de la saison 3 sous-titrée en français il y a quelques mois sur DirectStar (canal 17 de la TNT), mais pas de version complètement française. Cette année, mon souhait se voit réalisé sur NT1 (canal 11 de la TNT et chaîne du groupe TF1) et ça passe en ce moment, chaque jeudi de 20h45 à 23h10 environ. Alors que la troisième émission de la saison vient d'être diffusée, il est temps que je me prononce ici sur cette adaptation française.

Commençons par parler de l'émission originale américaine. "So You Think You Can Dance" (abrégé à l'écrit en "SYTYCD") est une émission-concours créée en 2005 et produite Simon Fuller et Nigel Lythgoe. Le principe de base est similaire à des émissions comme "La nouvelle star", mais il n'y a ici que de la danse. On commence avec des milliers de candidats qui participent aux sélections libres (à la manière des castings individuels) dans diverses villes américaines. À l'issue de cette première étape, les sélectionnés se voient offrir un billet d'avion pour Las Vegas, ville où a lieu la seconde étape : les éliminatoires qui prennent la forme d'ateliers avec chorégraphies imposées. À la fin de cette étape ne restent que 20 danseuses ou danseurs (16 pour la saison 1) qui vont participer à la suite et être éliminés deux à deux (un garçon et une fille par semaine, puisqu'ils dansent à deux) à chaque émission sous le vote des téléspectateurs jusqu'à ce qu'il ne reste plus que deux finalistes, dont le gagnant. Le gagnant de l'émission est donc élu "danseuse/danseur préféré(e) des Américains". Le vote des téléspectateurs n'est pas l'unique mode de sélection : il y a un jury composé de 4 personnes, généralement N. Lythgoe (le producteur exécutif qui connaît aussi bien la danse, il pratique en particulier les claquettes), un spécialiste des danses en couple (généralement M. Murphy qui fait de la danse sportive), un spécialiste de la danse contemporaine/moderne (là, ça varie selon les saisons, mais M. Michaels est souvent là) et enfin un chorégraphe d'une autre discipline qui varie selon les émissions (hip-hop, krump, etc.) voire même dans la dernière saison une célébrité de type guest star (il y a eu Lady Gaga ou Debbie Reynolds, bien connue pour sa prestation dans "Chantons sous la pluie" et d'autre films hollywoodiens). Sur l'ensemble d'une saison, de nombreux styles de danse sont chorégraphiés (il y a un tirage au sort du style en question pour chaque couple/duo de candidats) et on passe de la danse contemporaine, au hip-hop en passant pas la valse, le quickstep, la salsa ou encore la danse bollywood ou le disco. Bref, un spectacle très complet où les chorégraphes rivalisent d'inventivité pour mettre en valeur les talents des différents candidats danseurs. Une fois la saison achevée, une tournée est organisée avec les 10 meilleurs danseurs de l'émission et le vainqueur se voir offrir le fait de participer à de prestigieux spectacles (comme, une année, de faire partie des danseurs de Céline Dion à Las Vegas) et une somme d'argent. Ajoutons que les sélections de la saison 9 sont actuellement en cours dans cinq grandes villes américaines. Voilà donc pour ce qui se passe aux USA... Et en France ?

En France, l'émission s'appelle "You Can Dance". Pourquoi toujours traduire un titre anglais par un titre anglais différent. Il est sûr que le "Tu crois que tu sais danser ?" de DirectStar n'était pas mieux. Je pense que le titre aurait dû rester identique, d'ailleurs le générique contient toujours le "So You Think" manquant, mais passons. L'émission est basée sur le même principe qu'aux USA, mais le casting initial s'est fait à Paris uniquement, les sélectionnés n'ont pas "un billet pour d'avion pour Las Vegas", mais gagnent une "entrée à l'atelier", enfin le jury n'est pas composé de 4 personnes, mais de 3. Lors des deux premières émissions, le jury était composé de Kamel Ouali (on le connaît depuis la StarAc' et ses comédies musicales), Julier Ferrier (comédienne & ancienne danseuse), Nico Archambault (vainqueur de SYTYCD Canada en 2008 pour la saison 1). Ce sont eux qui ont sélectionné les 16 danseuses/danseurs pour la suite de l'émission. Lors de la troisième émission, Julie Ferrier a été remplacée par Shy'm (qui a dernièrement remporté la seconde saison de "Danse avec les stars" sur TF1). On n'a pas eu l'explication de ce changement qui devrait continuer avec une personnalité différente à chaque fois. Budget limité ? Pas de 4e siège pour un 4e jury invité ? Mais, pour l'instant, je n'ai vu aucun spécialiste de danse en couple ! Dans la version canadienne, il y a au moins en permanence Jean-Marc Généreux (qui est décidément partout puisqu'il a participé à SYTYCD USA et à Danse avec les stars en France) et, ponctuellement, Mary Murphy (de SYTYCD USA). Je trouve cette situation paradoxale puisque les chorégraphies, qu'elles soient contemporaines, hip-hop ou de danse sportive, seront toutes effectuées en couple par les candidats-danseurs. Et il est certain qu'on ne danse pas en solo comme on danse à deux. L'émission doit trouver ses marques, nous verrons donc si le dispositif évolue au fil des émissions (et peut-être des saisons). Enfin, sur ces aspects d'organisation, la présentation est faite par Benjamin Castaldi qui, contrairement à son habitude, reste sobre et, je crois, professionnel (nonobstant un petit bafouillage malheureux lors de l'annonce de la "mise en danger" de deux candidats lors de l'émission 3 pour faire durer le suspens).

Que dire d'autre à l'issue des trois premiers numéros de l'émission française ? Tout d'abord, c'est bien une adaptation de l'émission américaine, mais nous n'avons pas les charismatiques membres du jury américain (ni le "Hot Tamale Train" de Mary Murphy, pour ceux qui ont déjà vu l'émission). Je mets plus bas un extrait de l'émission d'origine afin de vous donner une idée. Il manque donc un brin de folie qui fait le succès aux USA. Ensuite, on ne distingue pas de leader entre Nico Archambault et Kamel Ouali ; je crois qu'avoir un décideur dans l'équipe, comme le producteur exécutif de l'émission américaine Nigel Lythgoe, aurait été profitable. Du côté des danseurs, il n'y a pas de souci : les danseurs français ont un bon niveau. Ils sont partis 1200 candidats et il n'en reste que 16 pour l'émission, ce qui montre bien la rude tâche du casting initial. Le jury a veillé à la représentation de styles très différents parmi les 16, alors que la danse contemporaine et le hip-hop étaient surreprésentés lors des sélections. Mais il est vrai qu'il est difficile de faire des solos spectaculaires lorsqu'on est danseur en couple à la base.

Il ne faut pas oublier que l'émission ne va pas élire le meilleur danseur, mais le danseur préféré des téléspectateurs français avec l'exercice imposé de pouvoir faire du spectaculaire sur une variété de styles. C'est l'effet un peu pervers du vote du public qui est néanmoins tempéré par le repêchage opéré par le jury à chaque fin d'émission. Il s'agit bien d'une émission de télévision et non de la retransmission d'une compétition académique... Côté esthétique, j'ai trouvé jusqu'ici la réalisation un peu gênante au niveau du cadrage des chorégraphies. Le réalisateur et les cameramen feront sûrement des progrès avec la pratique. Il est dommage de couper fréquemment les pieds de danseurs qui dansent avec tout leur corps... Enfin, j'ai un problème avec le choix de certaines musiques, comme par exemple le fait de faire faire un quickstep sur "La groupie du pianiste" de Michel Berger. Ca ne colle vraiment pas ! Cela a été visiblement handicapant pour les concurrents. D'accord pour un peu de modernité, mais il ne faut pas pousser trop loin. Cela semble être dû à une volonté de donner une image plus jeune des danses de salon et je pense que cela les dénature plutôt dans ce cas. J'avais d'ailleurs fait cette même remarque pour certains numéros de "Danse avec les stars" sur TF1.

Ne croyez pas que je sois négatif en lisant ce que j'ai écrit jusqu'ici (tout n'est d'ailleurs pas négatif... et en plus j'aime bien les critiques constructives). Je suis au contraire content de l'arrivée en France de "You Can Dance", dont le concept est excellent à la base (contrairement à d'autres émissions dont j'ai déjà parlé dans ce blog). Il y a des danseurs de bon niveau, la mécanique de l'émission américaine fonctionne plutôt bien (même si les équipes françaises doivent se l'approprier encore un peu), des profils variés et atypiques sont mis en lumière et la France découvre que l'on peut danser à deux de jolie façon sans pour autant se cantonner aux danses de salon. Bref, cela fait un joli spectacle à regarder le jeudi soir en prime time. Pourtant, pour avoir vu toutes les émissions des 8 saisons de l'édition américaine, je trouve que l'édition française doit encore progresser pour arriver au niveau de ce qui se fait outre-Atlantique. Par ailleurs et d'un point de vue très personnel, j'espère que l'édition française saura introduire des danses en couple que j'aime beaucoup comme le lindy hop, la salsa ou encore le rock (qui est quand-même une manière de danser typiquement française !). Avec des danses comme le rock (ou -- pourquoi pas? -- la java ou la valse musette), il y aurait une vraie originalité et un plus par rapport à ce qui se fait outre-Atlantique.

 [ Ajouter un commentaire ] [ 0 commentaire(s) ]
   
  
 [ <<Voir les 5 articles suivants (par date) ]   [ Voir les 5 articles précédents (par date)>> ]
Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites