Le Blog UltraDanse.com est un
complément aux articles sur la
danse du site. Vous pouvez y
naviguer par catégorie, par article,
par date.
 Pour retourner au site principal
UltraDanse, cliquez sur Accueil.


Société
Insolite
Culture
Divers
 
Toutes par date


Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or
 

Le blog UltraDanse.com

 
Le blog UltraDanse.com regroupe les billets écrits par Christian Rolland, danseur, enseignant, auteur et éditeur de livres portant sur la danse. N'hésitez pas à ajouter un commentaire sur cet article.
 

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
 

L'habit du moine et du danseur

 

Le 29 avril 2010

Les beaux jours reviennent et chacun remplace petit à petit les gros pullovers à col roulé par une garde-robe plus courte et estivale. Sur les pistes de danse, cela ne se remarque pas toujours, car il y fait souvent chaud quand on bouge sans arrêt (petit appel du pied aux propriétaires de salles ou écoles : une clim' performante ou, à défaut, une bonne ventilation est réellement obligatoire lorsqu'il commence à faire beau). Lorsqu'on regarde la foule bigarrée des danseurs lors d'une soirée dansante, on remarque qu'il y a de tout : de la robe démodée au pantalon chic aux mouvements fluides ou de la chemise du dernier cri au t-shirt trop grand et bariolé.

Qui n'a jamais souri un jour en regardant un gringalet pas très bien fait de sa personne portant des vêtements de sport high-tech et des lunettes de star s'essouffler au bout de 5 petites minutes de course ? Ce n'est pas vraiment le gringalet qui nous prête à sourire ; c'est plutôt le décalage entre ce qu'il semble être et ce qu'il veut paraître qui nous interpelle. On connaît bien l'adage "l'habit ne fait pas le moine" qui nous suggère que ce n'est pas parce qu'on s'habille comme les sportifs de haut niveau qu'on va automatiquement en devenir un. Les apparences sont parfois trompeuses... Mais revenons à la danse et voyons si l'habit ne fait pas le danseur.

D'un premier abord, nous dirons qu'il y a deux principales manières de concevoir l'habillement quand on est danseuse ou danseur qui fréquente les soirées dansantes. La première est une vision sportive : la danse est vue comme une activité physique et, tout comme un sportif, il faut que le vêtement soit fonctionnel avant tout. Ici, on trouve ceux qui utilisent les tissus "respirants", qui disposent d'une petite serviette accrochée à la ceinture ou qui privilégient le t-shirt simple à la chemise. La seconde manière de voir les vêtements quand on danse est d'ordre esthétique. La danse est perçue comme une belle chose où il faut faire honneur à son partenaire ou sa partenaire et paraître soi-même au mieux de sa forme. Là, on parle de maquillage waterproof, de chemise à la mode ou de robes avenantes. Ces deux visions de la chose sont aux antipodes l'une de l'autre et il faut trouver le juste milieu. En réalité, une robe très jolie, mais nécessitant en permanence un réajustement pour qu'elle ne laisse pas trop voir un décolleté n'est pas idéale et, dans le même registre, un chapeau n'est pas un accessoire très commode pour danser. De même, la serviette éponge pendouillant d'une poche n'est pas toujours très commode quand on souhaite avoir toute liberté de mouvement. Je prends volontairement quelques cas très marqués pour bien faire comprendre la chose. Les danseuses et danseurs expérimentés essayent donc en général de trouver le juste milieu entre élégance et fonctionnalité des vêtements.

Ainsi, peut-on s'interroger sur le fait qu'une danseuse de tango argentin danse mieux en talons très hauts, qu'une danseuse de salsa danse mieux avec un pantalon fluide ou une robe faisant des vagues au moindre mouvement, ou enfin qu'un danseur de lindy hop danse mieux avec un pantalon extralarge coupé style années 30 ? N'est-ce pas uniquement lié à l'apparence ? La réponse n'est pas si claire que cela. En effet, la danseuse de tango argentin est susceptible de souvent pivoter sur l'avant de ses pieds, de s'appuyer en avant sur son danseur, etc. et une position où l'appui est naturellement porté sur les demi-pointes lui facilite le travail. Côté esthétique, il est clair que les talons affinent les jambes et rendent la danse plus jolie. Dans le second exemple, la danseuse de salsa peut se sentir davantage "danseuse latino" avec des vêtements qu'elle va sentir bouger sur ses jambes. Pour danser la salsa, la tenue estivale est de rigueur et l'on se sent davantage l'envie de se déhancher et de tourner si les vêtements que l'on porte font penser aux Caraïbes. Enfin, le danseur de lindy hop sera incommodé s'il danse dans un pantalon moulant du fait de sa position aux jambes légèrement fléchies. Celui-ci sera donc bien mieux dans un pantalon large qui, de surcroît, masque sa position fléchie et améliore sa silhouette et l'allure de sa danse (mais on n'est pas obligé de porter la veste comme dans la photo ci-contre...). L'effet de ces vêtements bien choisis est par conséquent à la fois pratique, esthétique et psychologique.

Dans ces quelques exemples, il semble donc bien que l'habit fasse une partie du danseur ou, pour être plus exact, l'habit favorise une danse dans un certain style. Il est difficile d'imaginer des compétitions de danse sportive où les danseuses de latine auraient de grandes robes à plumes pour danser le cha-cha ou la samba et les danseuses de standard auraient de petites robes échancrées pour danser la valse ou le slowfox. Il est par ailleurs clair qu'un très mauvais danseur restera un très mauvais danseur (tant qu'il n'aura pas progressé, évidemment), peu importe son vêtement, tout comme un excellent danseur restera excellent même dans des vêtements peu seyants. L'endroit où se fait la différence se situe donc au niveau intermédiaire (c'est ce qu'on pourrait appeler le "danseur moyen", et il y en a beaucoup !) où les vêtements peuvent contribuer à la danse, à l'état d'esprit du danseur, voire même à détourner l'attention du public qui verra donc davantage l'aspect général que les pas de danse. Il restera toujours à ceux qui ne savent pas bien danser, et qui veulent garder tout le bénéfice d'une belle allure vestimentaire dans une salle de danse, l'option de rester sur le bord de la piste et de paraître occupé à autre chose. Mais on finira tôt ou tard par se poser des questions et se rendre compte de la supercherie...

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
   
  
 

Commentaires sur cet article

 

 Posté par jérémy le 01/05/2010 à 15:36:16
 
Article très intéressant! Mais qu'est-ce que l'on appelle bien danser? Est-ce répéter des pas parfaitement? Ou faire danser la danseuse avec un petit quelque chose en plus?

 Posté par Christian ROLLAND le 01/05/2010 à 18:44:36
 
Bien danser est probablement un mélange entre 1) maîtriser la technique, 2) faire de jolis mouvements et 3) procurer du plaisir à son/sa partenaire (ce petit quelque chose en plus dont vous parlez). Pour qualifier quelqu'un de "bon danseur", un professionnel de la danse mettra l'accent sur le point 1, pour un néophyte ce sera plutôt 2 alors que pour la personne avec qui l'on danse, ce sera 3. L'idéal est donc de parvenir à combiner les trois aspects dans un juste équilibre.

Ajoutez un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

Votre nom ou pseudo :
Votre e-mail :
(facultatif et n'est pas affiché sur le site)
  
Votre commentaire :  
Vérification de sécurité anti-spam :
saisissez le quatrième caractère de la seconde colonne du tableau ci-contre :   *
 

   
  
Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites