Le Blog UltraDanse.com est un
complément aux articles sur la
danse du site. Vous pouvez y
naviguer par catégorie, par article,
par date.
 Pour retourner au site principal
UltraDanse, cliquez sur Accueil.


Société
Insolite
Culture
Divers
 
Toutes par date


Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or
 

Le blog UltraDanse.com

 
Le blog UltraDanse.com regroupe les billets écrits par Christian Rolland, danseur, enseignant, auteur et éditeur de livres portant sur la danse. N'hésitez pas à ajouter un commentaire sur cet article.
 

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
 

L'accordéon et la musette

 

Le 10 décembre 2009

J'ai déjà eu l'occasion de le dire dans un article précédent, l'accordéon est l'instrument roi des bals musette. Mais, si l'on regarde la fiche consacrée à l'histoire de la valse musette sur UltraDanse.com, on découvre que musette n'est pas forcément synonyme d'accordéon. J'ai donc décidé aujourd'hui de vous en dire plus sur cette curiosité qui intrigue souvent les danseurs peu au fait de l'histoire.

Au début était la cornemuse, un instrument à vent composé de trois ou quatre tuyaux sortant d'un sac en peau de chèvre ou de mouton que l'on remplit d'air. L'un des tuyaux sert à gonfler le sac à la bouche, un autre est percé de trous comme une flûte et permet au sonneur de faire les différentes notes ; enfin, les autres font une note permanente (on les appelle les bourdons). Ce type d'instrument était déjà connu dans l'Antiquité et, au Moyen-Age, on l'appelait "muse". Plus tard, les Écossais et les Irlandais l'on appelé "bag-pipe" ("tuyau à sac") et les Bretons le nomment "biniou" ou "biniou braz" (la grande cornemuse). Comme son nom pourrait le suggérer (mais c'est une mauvaise piste, comme nous allons le voir plus loin), la musette est une petite cornemuse composée de deux tuyaux à trous et d'un tuyau à son unique. Le tuyau dans lequel on souffle dans le cas de la cornemuse n'y existe donc pas et l'entrée de l'air dans le sac de cuir était assurée par un des soufflets que l'artiste plaçait sous ses bras. En Auvergne, patrie des hommes à l'origine des guinguettes parisiennes, cet instrument était également appelé cabrette, rapport au cabri dont on utilisait la peau pour fabrique le sac à air.

Le nom musette provient en réalité du patronyme de son inventeur supposé, Colin Muset, un ménestrel français du XIIIe siècle. L'époque nous dit qu'il n'est pas l'inventeur de la cornemuse, mais simplement de la variante appelée musette. Le point commun entre la musette et l'accordéon est le soufflet qui permet de gérer l'air propulsé dans l'instrument. Mais la ressemblance s'arrête là, car la musette n'est en aucun cas l'ancêtre de l'accordéon. L'accordéon est plus ou moins issu de l'harmonica sous l'impulsion de l'Autrichien Cyrill Demian qui eut l'idée de remplacer le souffle humain par un "souffle" mécanique. Habitant de Vienne et associé à ses deux fils Carl et Guido, ce dernier déposa un brevet en 1829 décrivant un instrument nommé "accordion". Le brevet le décrit comme consistant "d'une petite boîte avec des hanches de métal et un soufflet qui lui est rattaché de manière à pouvoir être facilement transportée" (traduction personnelle). Suivant un flot constant de brevets autour de cet instrument, divers contributeurs le feront évoluer, dont des Anglais, des Italiens et des Français. L'accordéon a ainsi connu de très nombreuses étapes avant de parvenir au stade de l'instrument que nous connaissons de nos jours.

La fin du XIXe siècle est marquée par une forte rivalité à Paris entre les joueurs de cabrette (les cabrettaires) et les joueurs d'accordéon (les accordéonistes) dans l'animation des bals musette. La rue Lappe est le théâtre de certaines scènes clefs. Les riches sonorités de l'accordéon diatonique tenu par l'Italien Félix Peguri s'opposent à la cabrette classique de l'Auvergnat Antoine Bouscatel (le moustachu représenté un peu plus haut). Peu à peu, l'accordéon remporte le match car les airs qui en sortent sont vifs et très entraînants. En effet, l'accordéon diatonique fait un son différent selon qu'on pousse ou qu'on tire sur le soufflet et confère un style bien particulier aux morceaux joués. Le mot "musette", lui, est resté attaché au style musical associé à l'accordéon, bien que ce dernier ait bien vite été aussi utilisé dans un contexte de jazz. On dit que le mot musette est resté parce que c'est aussi le nom donné au petit sac où l'on rangeait l'accordéon diatonique au début du XIXe siècle. Par la suite, l'accordéon a été mis à toutes les sauces : jazz, pop, rock. Sa variante chromatique permet en effet de jouer les demi-tons en plus des sept notes d'une gamme. Non seulement les grands noms de l'accordéon des années 50 étaient de la partie (Marcel Azzola, Yvette Horner --- même relookée par Jean-Paul Gaultier en 91 ---, André Verchuren, Aimable, etc.), mais aussi de nouveaux venus plus "rock" dans les années 80 comme les Garçons Bouchers, les Négresses Vertes, Blan Kass et Gérard Blanchard (et ses fameuses grottes de Rocamadour...). On parle alors aussi de "piano à bretelles" pour faire plus moderne car les touches rectangulaires blanches et noires ont fait leur apparition sur l'instrument. Cela dit, en dehors des bals populaires et des bals tango, l'accordéon (quel que soit son type) n'est plus le roi des instruments aujourd'hui. L'informatique et les synthétiseurs sont passés par là.

Bien sûr, parallèlement à tout cela, la danse a, elle aussi, évolué. Je vous laisse en découvrir la manière par vous-mêmes en lisant les quelques pages de présentation de la valse et de la java, que j'ai écrites à l'occasion de mon nouveau livre (dont je vous parlerai un peu dans mon prochain article). Mais pour cela, il vous faudra vous le procurer... Disponibilité prévue la semaine prochaine.

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
   
  
 

Commentaires sur cet article

 

 Posté par colonna le 02/06/2010 à 17:36:43
 
je désirerais connaitre le prix de l'acordina merci

Ajoutez un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

Votre nom ou pseudo :
Votre e-mail :
(facultatif et n'est pas affiché sur le site)
  
Votre commentaire :  
Vérification de sécurité anti-spam :
saisissez le sixième caractère de la première colonne du tableau ci-contre :   *
 

   
  
Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites