Le Blog UltraDanse.com est un
complément aux articles sur la
danse du site. Vous pouvez y
naviguer par catégorie, par article,
par date.
 Pour retourner au site principal
UltraDanse, cliquez sur Accueil.


Société
Insolite
Culture
Divers
 
Toutes par date


Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or
 

Le blog UltraDanse.com

 
Le blog UltraDanse.com regroupe les billets écrits par Christian Rolland, danseur, enseignant, auteur et éditeur de livres portant sur la danse. N'hésitez pas à ajouter un commentaire sur cet article.
 

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
 

Une musette qui swingue !

 

Le 01 juillet 2009

Cette fois, je vais vous parler d'un musicien qui me permet de faire la transition entre le thème swing du dernier livre que j'ai édité et le thème du projet sur lequel je travaille actuellement : la technique de la valse (aussi bien celle de la valse viennoise que celle de la valse musette). Si le mot "musette" est automatiquement associé aux guinguettes (dont je vous parlerai dans un autre article) et à l'accordéon, ceux qui ont parcouru la page consacrée à la valse musette du site UltraDanse.com auront sûrement appris les origines de ce mot. Je n'y reviendrai donc pas. Cependant, la musette (l'accordéon) a été utilisée pour jouer d'autres styles de musique que la valse ou la java. Le musicien Gus Viseur en fut le plus parfait artisan.

Gustave "Gus" Viseur est né en mai 1915 à Lessines, en Belgique. Son père, Adolphe, jouait de l'accordéon en amateur (il était mouleur de pierre de profession) et cela a sûrement incité le jeune Gustave (surnommé aussi "Tatave") à apprendre à jouer de cet instrument. Après avoir pris des cours (en particulier à Suresnes), il joue dans le petit orchestre familial, le Jojo Jazz. Il passe ses premières années de musicien à parcourir la région parisienne qui fourmille de bals musette, de dancings, de foires, etc.. Il lui arrive d'accompagner des chanteurs et chanteuses (dont Édith Piaf en 1940) et de jouer du bandonéon dans des orchestres de tango argentin. Bref, Gus Viseur s'intéresse à tout et fait son expérience.

À l'âge de 18 ans, il découvre le jazz et l'improvisation. Il va alors se laisser séduire par cette manière de faire de la musique. Il délaisse petit à petit le style musette au profit du jazz et devient l'un des pionniers de l'accordéon-swing. Il connaîtra les grands noms du jazz manouche comme Django Reinhardt, les frères Ferret ou Gus Deloof. Il fera un long séjour sur le continent américain avant de revenir à Paris. Décédé en août 1974, il reste probablement le premier accordéoniste à avoir été accueilli sans réserve dans le milieu des musiciens de jazz. Par la suite, d'autres seront séduits par ce style, parmi lesquels on trouve Jo Privat ou Tony Murena. Je vous laisse vous faire une idée de ce que cela donne grâce à l'extrait ci-dessous (seul le son compte, évidemment...) qui porte le nom de "Johnny dis-moi tout".

Il y a un disque regroupant quelques enregistrements de Gus Viseur dans le domaine du jazz musette que je peux vous conseiller : "Gus Viseur à Bruxelles" Acheter sur Fnac.com. Je vous laisse découvrir d'autres de ses enregistrements disponibles Acheter sur Fnac.com, sachant que l'on peut trouver certains titres indépendamment dans des compilations de musette. Pour revenir, à ce que j'écrivais au début de cet article, je vous conseille d'écouter attentivement le titre "Swing valse" joué par Gus Viseur (le son du lien Youtube ci-dessous n'est pas très bon, achetez plutôt le CD...). Peut-être parviendrez-vous à comprendre ce que c'est qu'une valse qui swingue (un concept dont il est l'inventeur).

Les amateurs de jazz et d'accordéon ne sont généralement pas les mêmes. Il est vrai qu'il y a peu de big bands dans les guinguettes. D'ailleurs, ne trouvait-on pas des panneaux indiquant "Interdiction de danser le swing" à l'entrée de certains établissements ? Il est vrai qu'un lindy hop ou un be-bop prend plus de place qu'une petite danse collée serrée. Cependant, la musique de Gus Viseur réconcilie deux mondes qui ne pensent pas pouvoir cohabiter. Le secret réside en réalité dans son instrument, modifié afin de rendre mieux les sonorités du jazz. En effet, Gus Viseur jouait "sur une lame", cela signifie qu'il avait limé une lame de son accordéon afin d'utiliser deux fois le la à 440 Hz là où les musiciens de musette l'utilisent trois fois à 436, 440 et 443 Hz. La sonorité de son instrument devenait donc compatible avec des mélodies swing. Mais cela n'aurait probablement pas suffi sans son excellent sens de l'improvisation, nécessaire à tout jazzman.

Je souhaite un bon été à tous ceux qui vont fréquenter les pistes de danse et les festivals, peu importe le style de danse pratiqué : swing, musette... ou les deux !

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
   
  
 

Commentaires sur cet article

 

Ajoutez un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

Votre nom ou pseudo :
Votre e-mail :
(facultatif et n'est pas affiché sur le site)
  
Votre commentaire :  
Vérification de sécurité anti-spam :
saisissez le septième caractère de la septième colonne du tableau ci-contre :   *
 

   
  
Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites