Le Blog UltraDanse.com est un
complément aux articles sur la
danse du site. Vous pouvez y
naviguer par catégorie, par article,
par date.
 Pour retourner au site principal
UltraDanse, cliquez sur Accueil.


Société
Insolite
Culture
Divers
 
Toutes par date


Accueil du siteAnnuaire des écoles de danseBlog danseContactLivre d'or
 

Le blog UltraDanse.com

 
Le blog UltraDanse.com regroupe les billets écrits par Christian Rolland, danseur, enseignant, auteur et éditeur de livres portant sur la danse. N'hésitez pas à ajouter un commentaire sur cet article.
 

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
 

Les Chaussons rouges

 

Le 21 novembre 2011

Le 9 novembre dernier vient de ressortir le film "Les Chaussons rouges"Acheter sur Fnac.com en DVD et Blu-Ray (et en haute définition sur ce dernier média). Ayant eu la possibilité de visionner ce film dans son édition "Blu-ray collector" (merci à Carlotta Films, l'éditeur de ce film en France), j'ai souhaité partager mes impressions avec vous. Ce film est un monument dans le monde des films dont l'action porte sur la danse (et particulièrement le ballet classique) et ceux qui aiment voir traiter ce sujet sur leur écran (en spectacle ou fiction) auront sûrement plaisir à se le procurer... ou se le faire offrir pour Noël.

"Les Chaussons rouges" est un film de Michael Powell, réalisé en 1948 (mais sorti en France en juin 1949), scénarisé par Emeric Pressburger et tout en couleur. Il est interprété, entre autres, par Moira Shearer, Marius Goring et Anton Walbrook pour les principaux rôles. L'histoire est inspirée du conte d'Andersen "Les chausson rouges" (ou "Les souliers rouges" selon les traductions), écrit en 1845. La particularité est que ce film met aussi en scène le conte dont il est lui-même inspiré sous la forme d'un ballet classique. Ce conte relate l'histoire d'une jeune fille nommée Karen à qui l'on offrit une paire de chaussures rouges. Le premier pas de danse qu'elle fit ainsi chaussée suit suivi d'un second, puis un troisième et elle ne put plus empêcher ses jambes de danser. Il lui fut impossible d'enlever les chaussures de ses pieds qui continuèrent de danser de plus belle durant des jours. Je ne vous cache pas que l'histoire ne finit pas très bien...

L'histoire du film commence comme suit. Après avoir attiré l'attention du producteur Boris Lermontov, Vicky Page est engagée dans la troupe de celui-ci. Parallèlement, Julian Craster, un jeune compositeur est, lui aussi, engagé. Lermontov licencie sa danseuse principale et convoque Vicky pour lui annoncer que c'est elle qui tiendra le premier rôle dans son prochain ballet "Les Chaussons rouges", dont la musique sera composée par Julian. Les répétitions sont dures et l'interaction entre le musicien et la danseuse implique un certain nombre de tensions qui se transformeront en attirance. Le ballet des "Chaussons rouges" fait un tabac à Monte-Carlo (lorsqu'on visionne le film en version originale, on entend d'ailleurs de nombreuses phrases en français) et ce la donne le coup d'envoi à la carrière de Vicky qui enchaîne dès lors les ballets au sein de la compagnie Lermontov. Malgré tout, lors d'une fête, Lermontov découvre l'histoire d'amour qui se déroule entre son compositeur et sa première danseuse. Il ne le supporte pas et impose cruellement à Vicky de choisir entre l'amour et sa carrière de danseuse. Ici, nous en sommes déjà à la moitié du film et j'en ai peut-être trop dévoilé à ceux qui souhaitent découvrir l'histoire... J'arrête donc là.

Je vois trois grandes parties dans ce film qui dure quand même 2h15. Il y a tout d'abord la première heure où l'on voit tout ce qui mène à la préparation du ballet "Les Chaussons rouges" de la compagnie Lermontov. C'est l'ascension. Il y a ensuite un gros quart d'heure où l'on voit le ballet en question, et donc le conte d'Andersen adapté à la scène de jolie manière avec des effets spéciaux (révolutionnaires à l'époque et réalisés sans ordinateur !) et une approche de type comédie musicale hollywoodienne, ce qui donne un ballet cinématographique avec quelques scènes surréalistes et oniriques. Enfin, il y a la troisième partie où l'on voit en quelque sorte la descente aux enfers avec la conclusion.

Si, par rapport aux films que l'on fait de nos jours, l'action est plutôt lente (si l'on n'aime ni le cinéma, ni la danse, on peut même se dire qu'il n'y a pas beaucoup d'action), on ne peut que saluer la place importante accordée aux chorégraphies aériennes de Robert Helpmann durant tout le film et spécialement pendant les 17 minutes du milieu qui, à elles seules ont nécessité six semaines de tournage pour les 53 danseurs. Il faut aussi ajouter que ce sont de vraies danseuses et de vrais danseurs qui sont filmés (y compris l'actrice principale) et qu'il n'y a pas d'artifice pour masquer un manque éventuel de technique (contrairement à "Black Swan"). Il faut parier que les scènes de danse ont dû nécessiter plusieurs prises avant d'obtenir la version finale, mais le spectacle est agréable et la technique cinématographique met en valeur les danseurs dont on saisit bien l'univers. À l'époque du tournage, le film a suscité de vives discussions parmi les puristes du ballet. La discussion tournait autour du fait que le film montrait une danse dopée aux effets spéciaux qui ne pouvait pas être retrouvée sur une scène en direct lors d'un spectacle.

Pour ce qui concerne l'édition DVD et Blu-ray qui vient de sortir, il y a plusieurs compléments intéressants en plus du film. Il y a en particulier, la description par Martin Scorcese de la numérisation du film en HD et de la manière dont on a pu réparer les attaques du temps sur les bobines en couleur, au point d'atteindre une qualité parfois supérieure à l'original. Il y a aussi des reportages sur le tournage du film avec des témoins de l'époque, une interview de la veuve de M. Powell et un reportage sur les coulisses des ballets du film avec Nicolas Le Riche (danseur étoile à l’Opéra national de Paris) et de Mathias Auclair (conservateur en chef à la Bibliothèque-musée de l’Opéra).

Si vous n'avez pas encore le DVD ou le Blu-ray, je vous propose la bande-annonce en VO sous-titrée. Cela vous donnera une petite idée. Vous noterez que la qualité d'image de cette bande-annonce issue de YouTube ne reflète en rien la qualité d'image du DVD et encore moins celle du Blu-ray où les couleurs sont flamboyantes. Je pense, d'ailleurs, que cette bande-annonce est une version non restaurée en HD si j'en crois le léger voile qui couvre les images.

Je n'ai certes pas d'actions dans ce film, mais je ne pouvais pas manquer de présenter ce film précurseur qui a inspiré des nombreux réalisateurs (Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, Brian De Palma) ainsi que de nombreux autres travaux, dont le récent film "Black Swan", dont j'ai déjà fait la critique dans ce blog il y a quelques semaines (je vous avais d'ailleurs conseillé "Les Chaussons rouges" à cette occasion). J'ai personnellement apprécié ce film dont je conseille le visionnage en version originale sous-titrée et en HD évidemment afin de pouvoir profiter de tous les détails dont regorgent les scènes de ce film.

 [ <<Précédent ] [ Ajouter un commentaire ] [ Retour aux derniers articles ] [ Suivant>> ]
   
  
 

Commentaires sur cet article

 

Ajoutez un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

Votre nom ou pseudo :
Votre e-mail :
(facultatif et n'est pas affiché sur le site)
  
Votre commentaire :  
Vérification de sécurité anti-spam :
saisissez le sixième caractère de la quatrième colonne du tableau ci-contre :   *
 

   
  
Sites partenaires :
 
DanseSociale.org
 
Rolland-Editions.org


Copyright UltraDanse.com - À propos du site
Tous droits réservés - reproduction interdite sans autorisation
UltraDanse.com est un site Rolland Éditions- UltraDanse est une marque déposée



Classement de sites